Passer aux informations produits
1 de 3

KRBooksStore

Les Chroniques de l'Horizon : La Collection Complète - Livre numérique

Les Chroniques de l'Horizon : La Collection Complète - Livre numérique

Prix habituel $13.00 USD
Prix habituel $18.00 USD Prix promotionnel $13.00 USD
En vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
  • Achetez votre livre numérique
  • Recevez le lien de téléchargement par e-mail
  • Envoyez-le à votre lecteur préféré

Roman fantastique redoutablement haletant, rempli d'aventure, d'intrigues et d'amour. Découvrez le monde de la série Les Chroniques de l'Horizon .

Le coffret contient les quatre livres de la série .

*Les ebooks sont livrés sous forme numérique via BookFunnel. L'application BookFunnel est disponible pour les appareils Android, Apple et Amazon Kindle.


DESCRIPTION DES LIVRES :

  • Le Vol des Âmes
  • Le Heaume d'Hadès
  • La Cité de Flammes et d'Ombres
  • Le Seigneur des Ténèbres

Synopsis

Alexa à de gros ennuis. Elle est morte.

Le
problème, c'est qu'au lieu de retourner auprès de son créateur, elle débarque
dans la Légion des anges gardiens, un groupe secret destiné à protéger les âmes
des mortels contre les démons.

La vie
d'Alexa prend un tournant aussi palpitant que terrifiant quand, renvoyée dans
le monde mortel pour enquêter sur une série de meurtres et de disparitions
d'âmes, elle se fait attaquer par un démon. Mais les démons sont-ils vraiment
responsables de ces crimes ? Ou s'agit-il de tout autre chose ?

Verser
ne rien arranger, une ombre maléfique et immémoriale menace le monde, et avec
elle une force plus terrible et destructrice que les mortels n'en ont jamais
connu. Alexa trouvera-t-elle un moyen de l'arrêter ou le monde des humains
sera-t-il à jamais condamné ?

Lire l'échantillon

ALEXA SUT QU'ELLE ÉTAIT MORTE quand elle vit la lumière vive.

C'était comme l'une de ces expériences de mort imminente au sujet duquel elle avait lu des articles : le tunnel, la lumière blanche, le sentiment de paix. Elle avait l'impression que son corps physique se détachait comme une enveloppe de chaise. Flottant dans une sérénité absolue, à l'abri et au chaud, elle s'élève vers la lumière irrésistible. Tel un grain de poussière, elle était attirée par le faisceau lumineux.

L'air était lourd et chaud, humide et iodé comme une brise marine. La douleur de l'accident s'était estompée et la lumière semblait l'accueillir.

Au fond, Alexa savait qu'elle devrait avoir peur. Elle devrait être terrorisée. Mais pour la première fois de sa vie, elle ne l'était pas.

Elle aperçut une minuscule ombre noire au loin, pas plus grande qu'une tête d'épingle. En dérivant, elle se rend compte qu'il s'agissait de l'entrée d'un tunnel. Non. Pas un tunnel, mais une cabine. Soudain, elle se retrouva à l'intérieur d'un ascenseur.

Elle se rétint d'adresser la parole à la créature simiesque qui faisait fonctionner l'ascenseur. Tenant les bras, elle baissa les yeux pour observer ses mains. Elle apercevait le sol à travers. Elle n’était donc pas solide.

Et pourtant, elle n'avait pas peur.

L'ascenseur a un soubresaut et les portes s'ouvrent en coulissant. Tandis qu'elle sortait, le primate grommela des paroles qu'elle avait du mal à comprendre : Orientation, premier niveau.

Elle savait que les animaux ne parlaient pas. Elle ne serait pas étonnée d'apprendre qu'elle avait la berlue. Ce serait parfaitement acceptable étant donné les circonstances. Elle était morte.

Son cerveau ne fonctionnait peut-être plus de la même manière à présent. Plus rien ne fonctionnait sans doute comme avant.

L'ascenseur semblait avoir disparu et Alexa resta debout dans un couloir blanc infiniment longtemps. Elle entendait des milliers de voix, de murmures, et elle commença à éprouver une certaine angoisse.

Alexa n'avait jamais vu autant de personnes à la fois. On aurait dit que chaque groupe ethnique de la race humaine s'affairait dans un labyrinthe de bureaux et de couloirs. Pour la première fois depuis l'instant de sa mort, elle éprouvait à nouveau de la peur.

Tâchant de ne pas laisser transparaître la terreur qui l'ébranlait, elle suivit la faute.

Au bout de quelques minutes, elle arrive devant un vieux bâtiment fermé par une porte en chêne aux dimensions colossales. Au-dessus, une enseigne au néon grésillait en clignotant.

Division Oracle n° 998-4589. Orientation .

Orientation . C'était bien le même mot qu'elle pensait avoir discerné dans l'ascenseur. Après tout, peut-être que la créature avait-elle parlé. Où se trouvait-elle donc ?

Alexa regrettait d'avoir quitté l'ascenseur, la lumière et cette sensation de chaleur protectrice. Là-bas, elle se sentait en sécurité. À présent, la crainte s'emparait d'elle.

Rassemblant son courage, elle tira la porte et entra.

Elle s'avança dans une vaste salle semblable à une bibliothèque, avec des couloirs et des passages qui conduisaient vers des bureaux de taille plus modeste. Des livres et des meubles de classement étaient empilés en équilibre instable jusqu'au plafond. L'air était chargé de cette même odeur d'iode salée qu'elle avait sentie plus tôt. Elle entendait un bruit qui lui faisait penser au roulement d'un galet sur une surface en marbre lisse.

Une porte s'ouvre en lui heurtant le dos et elle se figea.

D'immenses sphères de verre entraient en roulant dans la bibliothèque, surmontées par de tous petits bonshommes pieds nus. Ces vieux messieurs portaient des toges argentées et leurs longues barbes blanches flottaient derrière eux tandis qu'ils pilotaient leurs globes entre les piles de livres et de dossiers. C'était la scène la plus incroyable qu'elle n'ait jamais vue.

Elle était pétrifiée.

Tout le monde semblait trop accaparé par son travail pour la remarquer. Si elle n'avait aucune importance à leurs yeux, alors l'endroit où elle se trouvait ne pouvait pas être très menaçant. Ce n'était sans doute pas pire que la mort elle-même.

Alexa présente un autre bureau encore plus exigu sur sa droite. Là aussi des meubles de classement étaient entassés et, dans un coin, un bassin rond surélevé d'environ un mètre cinquante de profondeur attira son attention. Un autre de ces hommes minuscules était assis sur une boule en cristal volumineuse, derrière un bureau en bois semi-circulaire.

— Entrez, entrez, Alexa Dawson, dit-il d'une drôle de voix haut perchée comme s'il avait inhalé de l'hélium.

C'était plutôt inquiétant que l'inconnu connaisse son nom, mais ses appréhensions disparurent dès qu'elle vit sa mine réjouie. Elle s'approche à pas prudents. Elle aperçut alors une douce lumière argentée, qui formait un halo tout autour de lui.

Enfin, elle retrouva l'usage de sa voix.

— Est-ce…

Elle se racla la gorge, soulagée de constater que sa voix était la même. C'était bien sa voix.

— Est-ce le paradis ?

Dans sa vie d'avant, elle n'avait jamais vraiment pensé au paradis, ni même à l'éventualité d'une vie après la mort. Elle n'avait jamais imaginé mourir à dix-sept ans.

Le visage de l'homme s'illumina et ses yeux bleus pétillèrent.

— L'Horizon à de nombreuses dénominations. Le paradis en est une, en effet, tout comme l'Utopie, ou Shangri-La, ou encore Sion. Au fond, peu importe le nom que vous lui donnez. Tous se rapportent à la même notion. Ici, toute chose trouve son origine et c'est ici que les mortels retrouvent l'au-delà.

— L'au-delà, répéta Alexa en écoutant les paroles qui sortaient de sa bouche. Je suis morte. Vraiment morte.

— Oui.

— Je savais que j'étais morte, voyez-vous. C'est juste bizarre d'en avoir la confirmation. De le prononcer à haute voix.

Alexa porte les mains à ses jouets et à son cou pour les toucher afin de s'assurer qu'elle était bien réelle. Son visage était tout aussi matériel que le reste de son corps, mais il manquait quelque chose. Et quand elle en prise conscience, elle se trouva ridicule de ne pas l'avoir remarqué avant.

Le battement rythmé dans sa poitrine, qui l'avait accompagné pendant toute sa vie, était absent. Elle n'avait pas de cœur.

Quand elle leva la tête, ce fut pour rencontrer le regard de l'homme. Il exprimait une certaine inquiétude.

— Tout va bien se passer, dit-il.

Curieusement, son ton affable était réconfortant.

— Certes, il faut un léger temps d'adaptation au début. Mais tôt ou tard, chaque âme finit par s'ajuster, et vous porterez comme un charme en un rien de temps. Je vous le promets.

Alexa se concentre sur son visage souriant et s'efforce de ne pas montrer sa peur. Elle resterait calme. Elle ne paniquerait pas. Ou du moins, pas tout de suite.

Le petit bonhomme tapa frénétiquement dans ses mains.

— La mort d'un mortel n'est jamais la fin… ce n'est que le commencement de quelque chose d'encore plus excitant.

Il lui parlait comme si sa mort était une excellente nouvelle, une grande révélation.

Tandis que l'anxiété d'Alexa s'apaisait considérablement, sa curiosité prenait le dessus. C'était plus fort qu'elle. C'était dans sa nature de vouloir comprendre les choses, surtout quand cela concernait les grands mystères de la vie.

— Êtes-vous un ange ?

L'homme brillant.

—Oui et non. Pour faire simple, je suis un oracle. Les archanges, les anges gardiens, les oracles et autres créatures éthérées restent ici, dans l'Horizon. C'est le lieu de résidence et le quartier général des immortels qui dirigent et protègent le monde des humains contre le mal.

Cette révélation aurait dû la galvaniser, mais Alexa portait encore le deuil de sa vie mortelle. Toutes ses perspectives et les rêves qu'elle avait un jour espéré accomplir étaient vains. Elle se rend compte que l'oracle avait senti son embarras.

— Dites-moi, Alexa, lui demanda-t-il d'une voix douce. Quel est votre dernier souvenir ?

Les images défilèrent dans sa tête.

— J'étais au lycée, répondu-elle.

Son esprit devient plus clair et les images se mirent à aller et venir de leur propre initiative, formant des souvenirs réels et concrets.

— Je me rappelle être tombée. C'est ça. Je m'en souviens maintenant. Je porte mon ordinateur avec des livres sous le bras et j'ai dû rater une marche… je suis tombé dans les escaliers et j'ai entendu quelque chose craquer. Puis, plus rien. Et je me suis réveillée ici.

C'était sa chute qui l'avait tuée. Elle était morte à l'école, pendant la pause déjeuner. C'était le pire moment de la journée, car personne n'était en cours. Tout le lycée avait dû assister à son accident.

La honte de la gagna. C'était une sensation glaciale très désagréable. Quelle scène pathétique ! Son cadavre par terre, devant tous les élèves, le cou tordu dans un angle improbable. Elle était abattue.

Mais son humiliation n’était rien en comparaison avec la tristesse qui l’envahissait brusquement.

Sa meilleure amie, Emma Middletown, avait déplacé l'été précédent et elle ne s'était pas fait d'autres amis. Personne ne se souviendrait d'elle. Personne ne serait touché par sa mort. Pas même son bon à rien de père, qui préférait sa nouvelle famille. Ni sa mère, sans doute trop saoule pour remarquer sa disparition.

La triste vérité, c'était qu'elle ne manquait à personne…

— Tout va bien se passer, Alicia, dit l'oracle.

Son timbre suraigu était rassurant et son visage tout entier rayonnait.

Alexa ouvre la bouche pour corriger son prénom, mais elle se ravisa. Elle avait le sentiment troublant que l'oracle était parvenu à lire dans ses pensées.

Il se pencha en avant sur son bureau.

— Chaque choix qui vous est arrivée dans la vie avait pour mais de vous préparer à ce qui va suivre. Ne l'oubliez jamais.

Il leva alors la main et ajoutéa :

— Vous êtes prête pour tout cela.

Alexa haoussa les épaules.

— Mais je n'ai que dix-sept ans. On ne peut pas dire que j'ai vécu une vie riche en expériences. C'est vrai que mon entourage est l'exemple typique d'une famille dysfonctionnelle. J'ai une tonne d'expérience dans ce domaine, d'ailleurs, et je ferai une excellente assistante sociale. Mais à part ça, je n'ai rien accompli. Je suis encore une adolescente et parfois je regrette de ne plus avoir douze ans. Je ne suis même pas capable de faire une omelette sans carboniser les œufs.

Elle s'interrompit lorsqu'elle se rend compte qu'elle jacassait trop.

— Prête à quoi, exactement ?

Les dents blanches de l'oracle brillèrent comme autant d'étoiles quand il sourit.

— Aujourd'hui, jeune femme, vous allez commencer votre formation d'ange gardien.

Afficher tous les détails