Passer aux informations produits
1 de 3

KRBooksStore

Dark Hunt (Ombre et Lumière T.1) - Ebook

Dark Hunt (Ombre et Lumière T.1) - Ebook

Prix habituel $5.00 USD
Prix habituel $6.00 USD Prix promotionnel $5.00 USD
En vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
  • Achetez le livre électronique instantanément
  • Recevoir le lien de téléchargement par e-mail
  • Envoyez à votre E-Reader préféré et profitez-en !

Un chasseur avec un secret. Une succession de morts mystérieuses. Et un chat siamois grossier familier. Qu'est ce qui pourrait aller mal?

Je suis le meilleur dans ce que je fais, et ce que je fais n'est pas joli. Si un démon passe de notre côté du Voile, ou si un loup-garou devient sauvage et tue un innocent, ils m'envoient. Il n'y a pas que du soleil et des arcs-en-ciel, et le salaire est généralement nul. Mais je fais ce qu’il faut pour garder mon ventre plein et un toit au-dessus de ma tête.

Lorsque le Conseil, le groupe d'anges nés qui m'avaient évité toutes ces années auparavant, me propose un emploi, je n'ai d'autre choix que de l'accepter. Tout aurait bien fonctionné si le Conseil ne m'avait pas forcé à travailler sur l'affaire avec Jax, le guerrier né d'un ange, diablement beau et mystérieux.

Mais quelque chose ne sent pas bon. Littéralement. Plus je creuse, pire c’est. Il s’avère que ces meurtres ne sont pas ce qu’ils semblent être. Ils sont bien pires...

Si vous aimez la fantasy urbaine au rythme effréné avec une héroïne qui donne du punch, une romance lente et de l'humour, alors vous adorerez Dark Hunt.

"Une histoire paranormale palpitante, qui vous fera lire jusque tard dans la nuit. Je l'ai dévorée et je ne pouvais pas m'arrêter." —Critiques de livres illimitées ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Synopsis

Un chasseur avec un secret. Une succession de morts mystérieuses. Et un chat siamois grossier familier. Qu'est ce qui pourrait aller mal?

Je m'appelle Rowyn Sinclair et je suis un chasseur.


Je suis le meilleur dans ce que je fais, et ce que je fais n'est pas joli. Si un démon passe de notre côté du Voile, ou si un loup-garou
devient sauvage et tue un innocent - ils m'envoient.

Il n'y a pas que du soleil et des arcs-en-ciel, et le
le salaire est généralement nul. Mais je fais ce qu'il faut pour garder mon ventre plein et un toit
ma tête.

Lorsque le Conseil, le groupe des nés des anges
qui m'avait évité il y a toutes ces années, m'a proposé un travail, je n'ai pas d'autre choix que de
prends-le.

Tout aurait bien fonctionné si
le Conseil ne m'avait pas forcé à travailler sur l'affaire avec Jax, le diablement beau
et mystérieux guerrier né d'un ange.

Mais
quelque chose ne sent pas bon. Littéralement. Plus je creuse, pire c’est. Se tourne
ces meurtres ne sont pas ce qu’ils semblent être. Ils sont bien pires...

Action non-stop et rire aux éclats. Commencer
vivez l'aventure aujourd'hui et évadez-vous dans ce monde de magie, de romance et de mystère !

Si vous aimez Ilona Andrews, Patricia Briggs,
Faith Hunter, Laurell K. Hamilton, Kim Harrison et Jennifer Estep, vous vous sentirez
comme à la maison avec cette aventure à sensations amusante et passionnante.

"Dark Hunt est un film paranormal passionnant
une histoire qui vous fera lire jusque tard dans la nuit. Je l'ai dévoré et je
Je ne pouvais pas m'arrêter. » – Critiques de livres illimitées





Regardez à l'intérieur du chapitre 1

Le démon m'a souri de manière séduisante. Il avait l'apparence d'un homme, très beau, avec une mâchoire ciselée, un nez droit et des cheveux parfaits. Ses lèvres se retroussèrent vers ses yeux, faisant briller tout son visage, celui d'un mannequin Armani. Ce n'était pas une surprise, avec un visage comme celui-là et portant un costume qui promettait des muscles tendus et ondulants, les femmes le suivaient comme une vente éclatante chez BCBG.

Mais je n'étais pas une femme ordinaire.

Ses yeux noirs étaient comme des gouffres sans fond, promettant une agonie éternelle, et il envoyait de la colère en moi. Mon Dieu, je détestais les démons. Surtout ceux qui se nourrissaient d’âmes humaines. Cela faisait maintenant deux jours que je le suivais, suivant la trace de la mort des femmes célibataires dans son sillage. Toutes les victimes ont été retrouvées nues dans des lits d'hôtel, sans aucun signe de lutte ni indication de la manière dont elles étaient mortes. Ils partageaient tous le même étrange sourire sur leurs visages, un sourire de pur bonheur. Mais d’un simple regard sur les corps, à la peau émaciée et dépourvus de tout écho de leur force vitale, je savais ce qui les avait tués et ce que cela leur avait pris : leurs âmes.

Nous avions affaire à un incube. Le démon sexuel possédait le pouvoir d'attirer les femmes au lit avec lui, leur promettant un plaisir sans fin, pour ensuite finir mortes et leurs âmes prises.

La police de New York recherchait un tueur en série – un tueur humain – et cela avait été leur première erreur. Mais la plupart des humains ne savaient pas quels dangers se cachaient dans la nuit, les démons et les monstres qui rampaient à travers le Voile jusqu'à notre monde depuis l'Autre Monde pour se nourrir.

Les poils sur ma nuque se sont dressés. Il essayait de me lancer un charme. J'ai senti sa magie démoniaque parcourir ma colonne vertébrale, chaleureuse et invitante, me caressant comme le contact des mains d'un homme sur ma peau. Mon visage était impassible, mais la colère brûlait en moi, comme l'invocation du feu.

En tant que chasseur, traquer et tuer les démons, ainsi que toutes les autres créatures qui se heurtaient la nuit, était mon travail habituel. Il fallait une créature pour attraper une créature.

J'avais été embauché par le père Thomas, l'un des prêtres locaux de Thornville, pour ce travail. Le père Thomas était un chevalier templier des temps modernes, menant une guerre secrète contre les ennemis de l'Église – les démons et les métis – que l'Église cachait au public.

Tuer l'incube à l'intérieur du bar n'était pas la meilleure idée. J'avais besoin d'un endroit sombre, d'un endroit calme.

J'ai souri à la créature. Le démon m'a fait un clin d'œil alors qu'il se retirait du bar et se dirigeait vers la porte, chacun de ses mouvements dégageant une grâce séduisante et confiante. Puis il s'est échappé du Black Pony Irish Pub.

C'était arrogant et il voulait que je le suive. Que j'aie été créé ou non n'avait pas d'importance. J'ai avalé le reste de mon gin tonic et je l'ai suivi.

Les rues étaient plus calmes que d'habitude pour un vendredi soir et mes bottes claquaient contre le trottoir alors que je suivais le démon. Il regarda par-dessus son épaule, les sourcils levés, et sourit avec confiance en me voyant. J'ai serré la mâchoire et j'ai continué.

Le démon me conduisait directement vers un petit bâtiment décrépit avec ses murs extérieurs peints de graffitis et idéalement situé à seulement un pâté de maisons du pub. Mon regard s'attarda sur le panneau rouge clignotant indiquant Charms Motel. Condamner. Il m'emmenait au motel. Le curé ne me payait pas assez pour ces conneries.

C'est pathétique , pensai-je en regardant le motel miteux. J'étais bien trop bien pour ça, mais j'avais besoin d'argent.

Le chiffre sept était inscrit au pochoir en noir au-dessus de la porte. Le démon sortit une clé, déverrouilla la porte et entra.

Cela m'a laissé la porte ouverte, une invitation silencieuse. J'ai hésité en le regardant traverser la pièce pour se tenir à côté du lit. Il ôta sa veste et se plaça face à moi, ses muscles humains dépassant de la chemise décolletée. Oh, c'était arrogant.

Souriant, je suis entré et j'ai fermé la porte derrière moi. Pas besoin d'alerter les voisins. Alors que je me tenais dans la pièce étroite, j'ai parcouru mon regard sur la chambre de motel typique : un lit double, une couette rayée beige et grise avec des oreillers et des rideaux assortis, et nichée vers l'arrière se trouvait une simple porte, qui, je devinais, était la porte. salle de bain.

Cela sentait les vieilles cigarettes et le musc. Mes instincts de prédateur s'éveillèrent lorsque je sentis un autre picotement de magie démoniaque tirer contre ma peau.

Il ôta sa chemise blanche sans effort et la jeta sur la chaise voisine. « Viens te coucher, chérie. Laissez-moi vous montrer les plaisirs dont vous n'avez jamais rêvé. Je sais ce que vous voulez. Ce que veulent toutes les femmes. Je peux vous le donner. La voix du démon était basse et séduisante, comme le ronronnement d'un amoureux. J'avais envie de vomir.

"J'en doute." Je savais que j'étais censé jouer le jeu, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. J'ai toujours détesté les hommes beaux, trop confiants, qui pensaient pouvoir mettre les femmes au lit avec juste un sourire, un repas bon marché et beaucoup de vin.

Le sourire du démon s'effaça juste un peu, ses yeux noirs me fixant. "Tu a peur? Ne le sois pas. Il n'y a pas de quoi avoir peur. Je promets. Détends-toi." Il traversa la pièce et réduisit la distance entre nous.

A présent, je pouvais sentir le mélange de soufre et de musc masculin. Il était grand, plus grand que ce à quoi je m'attendais, mais rien que je ne puisse supporter.

Il se lécha les lèvres en baissant la tête. J'ai senti la même impulsion de magie démoniaque en sortir, envoyant des vrilles de plaisir sur moi. J'ai souri alors que sa magie palpitait une dernière fois puis fondait, tout comme le font toutes les magies et tous les sorts démoniaques chaque fois qu'ils sont lancés sur moi.

Il a tiré la tête en arrière. J'ai vu un éclair d'agacement puis de reconnaissance lorsqu'il a réalisé que sa magie démoniaque n'avait aucun effet.

« Toi », dit-il, ses yeux noirs écarquillés. « J'ai entendu parler de vous. Le chasseur voyou… le né des anges… »

Je lui ai affiché mon plus beau sourire. "C'est moi."

J'ai retiré ma lame d'âme de ma taille. Les lames angéliques nous ont été données par les anges, forgées à partir de métal et de lumière célestes, et aussi dures que des diamants. J'ai lancé ma lame vers le démon, mais il a bondi en arrière, glissant devant moi comme une ombre, la pointe manquant juste sa poitrine.

J'ai sifflé en ratant et en trébuchant en avant. C'était plus rapide que prévu. Il se déplaçait comme un manteau dans le vent, sombre comme la mort et tout aussi rapide.

Je pouvais voir sa vraie forme. Maintenant qu’il devait concentrer toute sa magie sur sa survie, une forme humaine nécessitait trop d’énergie. Son glamour disparu, il était nu avec la forme d'un homme, mais penché en avant avec de longs bras qui effleuraient le sol se terminant par des griffes et des sabots en guise de pieds. Sa peau était marquée de plaies et de plaies ouvertes remplies de pus jaune. La haine et la soif de sang brûlaient dans son regard noir. Son visage coriace avait des courbes inhumaines qui ressemblaient le plus à celles d'un gros lézard lorsqu'elles étaient éclairées par la douce lumière de la chambre du motel. Cela empestait la mort et l’odeur de la charogne emplissait l’air.

"Merde," dis-je en secouant la tête. « Si seulement les femmes pouvaient vous sentir et voir à quoi vous ressemblez vraiment, elles ne coucheraient pas avec vous. Tu es une mère laide… »

Il m'a tiré dessus. J'ai senti sa magie démoniaque froide et puissante s'élever contre moi, mais je ne l'ai jamais laissée s'achever.

D'un seul mouvement fluide, je me suis esquivé, puis je me suis levé et j'ai tourné, la pointe de ma lame sifflant dans l'air. Le démon recula et s'écrasa contre le mur. Il hurla et bondit à nouveau. Cela m'a frappé dans le dos et je me suis affalé sur le lit, la force brute a brisé le cadre et envoyé le matelas au sol avec nous dessus. Je me suis retourné, juste au moment où le démon me surplombait.

Il a hurlé en me tirant à nouveau dessus, une crachat jaune dégoulinant de sa bouche. Mes yeux me brûlaient à cause de la puanteur de la pourriture et du soufre.

« Vous osez perturber mon festin ! » » rugit une voix composée de plusieurs voix, mêlée aux gémissements des démons et aux cris des mourants. "Je vais me régaler de ton âme, ange salope!"

Ses mâchoires rencontrèrent la manche de ma veste et déchirèrent ma chair avec ses dents en forme d'aiguilles. J'ai juré alors qu'une douleur brûlante me déchirait le bras. De la glace chaude coulait dans mes veines – le poison du démon. J'ai senti les muscles de mon bras se contracter puis s'engourdir.

"Condamner." Les démons incubes étaient connus pour utiliser leur venin pour paralyser leurs victimes dans une transe complète lorsque leur glamour ne fonctionnait pas. Ça n'arrivera pas.

J'ai donné un coup de pied avec ma jambe et ma botte a vibré lorsque j'ai touché son genou. Le démon recula en titubant, mais en un éclair il revint vers moi.

Je l'ai frappé avec ma lame, du sang noir coulant partout, mais c'était trop rapide. Le coup a disparu et il s'est à nouveau heurté à mon bras. Les larmes ont rempli mes yeux. Ce salaud allait m'arracher le bras si je ne l'arrêtais pas.

J'ai ressenti une montée de colère paniquée alors que je tirais ma lame sur le côté avec un coup tordu au son d'un gémissement. Le démon lâcha prise et recula en trébuchant, en sifflant et en crachant. Du sang noir coulait de la coupure sur le côté tandis que le démon se débattait et parlait dans l'ancienne langue démoniaque.

"Je suis un peu rouillé dans mon dialecte démoniaque", dis-je en crachant du sang de démon de ma bouche. «Mais je pense que tu viens de me traiter d'un très gros mot. Ai-je raison?" Je fronçai les sourcils en voyant la déchirure sur la manche de ma veste. "Merde. Regarde ce que tu as fait. C'était ma seule bonne veste. Je ne peux pas me permettre d'en acheter un nouveau, même avec ce mauvais salaire.

L'incube tourna très lentement la tête dans ma direction. Merde. C'était vraiment fou.

Cela m'a encore sauté dessus, courant comme une traînée, juste un flou de noir et d'ombre. Avant que je puisse l'arrêter, nous avons frappé le mur ensemble avec une force effrayante. L’impact de la douleur a coupé le souffle de mes poumons et j’ai senti la lame de mon âme glisser de ma main. Une pluie de fragments de bois et de plâtre a explosé dans l'air, tombant sur mes cheveux, et de la poussière m'a soufflé dans les yeux, m'aveuglant momentanément. J'étais plaqué au mur et je ne pouvais pas bouger.

Le démon éclata de rire et son souffle chaud assaillit mon visage tandis qu'il parlait. «Je vais arracher lentement la peau de tes os, jusqu'à ce que tu implores pitié, jusqu'à ce que tu cries pour ta maman… et ensuite j'aspirerai ton âme comme de l'eau avec une paille.»

Il pressa son corps contre moi. J'ai crié en donnant des coups de pied et j'ai lutté pour m'enfuir. Bon sang, je n'allais pas finir aspiré par cet incube qui avait désespérément besoin d'une douche.

Il a attrapé une poignée de mes cheveux, me plaquant la tête contre le mur tout en me léchant le visage.

J'ai eu un haut-le-cœur, mes yeux larmoyants à cause de l'odeur de viande pourrie. "Va te faire voir."

Il m'a frappé le côté, chassant le vent de mes poumons. "Avec plaisir."

J'ai senti le démon s'attaquer à mon cou avant même qu'il ne bouge. J'ai crié, paniqué alors qu'un rire guttural m'a déchiré les oreilles. Sa main s'est serrée autour de mon cou et a commencé à la serrer.

Le sang me monta au visage. Je ne pouvais pas respirer. Où était ma lame d'âme ?

Il n’y avait qu’une seule chose à faire quand on était sur le point d’être aspiré par un incube sans lame d’âme, et c’était de le frapper là où ça compte.

J'ai levé mon genou avec autant de force que possible et je l'ai frappé en plein dans l'aine – eh bien, ce à quoi je m'attendais, c'était l'aine. Ça a marché. L'incube hurla de douleur et retomba au sol, courbé.

C'était un mâle, après tout. Même les démons masculins avaient leurs faiblesses.

J'ai arraché ma lame d'âme du tapis taché d'orange et un frisson m'a parcouru le dos. Le combat ne se terminerait pas de sitôt. Je danserais encore un peu avec le démon et laisserais libre cours à ma rage.

"Tu ne feras plus jamais de mal à une autre femme, démon."

Le démon rit, d’un rire séduisant. « Qui a dit que tu étais capable de me tuer ? Il s'est élevé de toute sa hauteur.

"Je viens de faire."

D’un simple mouvement du poignet, j’ai laissé voler la lame de mon âme. Il vola droit et droit et frappa le démon directement dans son orbite droite.

L'incube a pris feu. Il poussa un cri horrible alors qu'il se débattait dans la pièce, sa bouche grande ouverte et ses dents claquant alors que les flammes brûlaient partout. Son hurlement m’a donné la chair de poule. Penché, il s'est dirigé vers moi, toujours en feu, et j'ai reculé.

"Je sais ce que tu es", cria le démon en me désignant d'une main enflammée. "Je sais! Ils le savent aussi. Ils le savent tous ! Et ils vous trouveront ! La mort est plus proche que vous ne le pensez ! Je reviendrai-"

Le démon éclata en un nuage de cendres grises. Je n'ai même pas attendu que les cendres démoniaques se déposent alors que je traversais la poussière qui tombait, traversais la pièce et ramassais ma lame. Je l'ai essuyé avec l'un des rideaux. Ce n'est pas comme si quelqu'un le remarquerait, pas avec le trou dans le mur, le lit cassé et le tas de cendres qui allaient bientôt se déposer partout dans la pièce.

La lame de mon âme brillait. Je pouvais voir le reflet de mon visage mince qui me regardait, encadré par un enchevêtrement de longs cheveux bruns. Mon Dieu, j'étais en désordre. J'avais besoin d'une douche. En gémissant, j'ai remis ma lame jusqu'à ma taille.

"Beau travail", dit une voix derrière moi.

J'ai tremblé et me suis retourné.

Un homme se tenait sur le pas de la porte et je n’ai jamais entendu son approche.

Afficher tous les détails