Passer aux informations produits
1 de 3

KRBooksStore

Marqué (Soul Guardians T. 1) - Ebook

Marqué (Soul Guardians T. 1) - Ebook

Prix habituel $0.00 USD
Prix habituel $5.00 USD Prix promotionnel $0.00 USD
En vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.
Format
  • Achetez le livre électronique instantanément
  • Recevoir le lien de téléchargement par e-mail
  • Envoyez à votre E-Reader préféré et profitez-en !

GAGNANT DU PRIX PRÉFÉRÉ DES LECTEURS . Découvrez la série primée dont les fans raffolent. Ne manquez pas cette aventure fantastique urbaine palpitante et pleine d'action.

Kara Nightingale, seize ans, ne croyait ni aux anges ni aux démons. Mais quand elle est morte, tout a changé...

Comme si le fait de mourir n'était pas assez grave, elle est choisie pour travailler pour la Légion des Anges Gardiens, un groupe secret d'anges ayant juré de protéger les âmes mortelles des démons. Alors qu'elle a du mal à comprendre les responsabilités de son nouveau travail, Kara se rend compte qu'elle est différente des autres anges et découvre un mystérieux pouvoir intérieur. Quelque chose de dangereux... quelque chose de sombre...

Déterminée à exploiter ses talents cachés, Kara entreprend une mission désespérée sous l'ombre grandissante d'un mal ancien. Mais parviendra-t-elle à sauver le monde d’un ancien ennemi avant qu’il ne soit trop tard ?

Synopsis

Kara Nightingale, seize ans, ne croyait ni aux anges ni aux démons. Mais quand elle est morte, tout a changé...

Comme si le fait de mourir n'était pas assez grave, elle est choisie pour travailler pour la Légion des Anges Gardiens, un groupe secret d'anges ayant juré de protéger les âmes mortelles des démons. Alors qu'elle a du mal à comprendre les responsabilités de son nouveau travail, Kara se rend compte qu'elle est différente des autres anges et découvre un mystérieux pouvoir intérieur. Quelque chose de dangereux... quelque chose de sombre... Déterminée à exploiter ses talents cachés, Kara entreprend une mission désespérée sous l'ombre grandissante d'un mal ancien. Mais parviendra-t-elle à sauver le monde d’un ancien ennemi avant qu’il ne soit trop tard ?

GAGNANT DU PRIX PRÉFÉRÉ DES LECTEURS

Découvrez la série primée dont les fans raffolent.

Regardez à l'intérieur du chapitre 1

"Attendez-moi!" Kara courait le long de la rue Saint-Paul.
Elle pressa son téléphone portable contre son oreille avec une main moite. "Je serai là
dans deux minutes !

Avec son cœur qui bat à tout rompre
contre sa poitrine, ses ballerines noires tapaient sur les pavés alors qu'elle
évité le trafic venant en sens inverse. Son portefeuille se balançait à ses côtés. Elle a sauté sur le
trottoir et a couru à travers la foule.

"Je ne peux pas croire que tu es
pas encore là », dit la voix au bout du fil. "Il fallait choisir aujourd'hui parmi tous les jours
être en retard.

"OK OK. Je suis déjà
paniquer à propos de la présentation. Tu n'aides pas vraiment, Mat.

Un rire traversa le
conférencier. « Je dis juste… que c'est censé être le jour le plus important de
ta vie. Et vous, Mademoiselle
Nightingale
, je suis en retard.

"Ouais, je t'ai entendu le
première fois… Mère . Ce n'est pas de ma faute.
Ma stupide alarme ne s'est pas déclenchée ! » Kara se précipita dans la rue animée, son long
ses cheveux bruns rebondissaient contre son dos. L'odeur de graisse et de bière du
les pubs lui arrivaient au nez et son cœur martelait dans sa poitrine comme un marteau-piqueur.
Elle savait que si elle manquait la présentation, ses espoirs d'obtenir une bourse
étaient terminés. Elle n’avait pas d’argent pour aller à l’université, c’était donc sa seule chance.

Au-dessus des têtes des
foule, Kara distinguait à peine le panneau Une Galerie. Pochoir élégamment
lettres noires audacieuses, le nom planait au-dessus du verre majestueux de la galerie d'art
des portes. Elle pouvait voir des ombres de personnes rassemblées à l’intérieur. Sa poitrine se serra.
Elle n'était plus qu'à un pâté de maisons maintenant.

"Tu sais le
la présentation ne vous attendra pas… »

"Oui, oui, je sais, c'est
pas comme si j'avais prévu ça. Maintenant je
je vais faire ma présentation à bout de souffle et en sueur dégoûtante. Pas exactement
le genre de première impression que je voulais faire, » grogna Kara dans le téléphone,
essayant de reprendre son souffle.

Pendant un moment horrible,
elle pensait qu'elle n'arriverait pas à temps et envisagea de quitter le
trottoir pour longer le bord de la rue à la place. Elle s'est retournée pour voir
à quel point le trafic était mauvais.

Puis son cœur a sauté un
battre.

Moins d'un demi-pâté de maisons
derrière, un homme se tenait immobile et indifférent à la vague d'humanité qui
coulait autour de lui. Il la regardait. Ses cheveux blancs se détachaient sur ses
costume sur mesure gris foncé. Kara fronça les sourcils.

Son
les yeux sont noirs
, réalisa-t-elle.

Un frisson l'enveloppa
colonne vertébrale. L'homme s'est fondu dans la foule et a disparu, comme s'il n'était qu'un simple
truc de la lumière. Les cheveux sur la nuque de Kara se dressaient comme un sentiment de
un pressentiment et l'envie de crier la remplissaient. Qui était cet homme ? Et pourquoi était-il
la regarder ?

«Je pense que je suis
suivi", a parlé Kara dans son téléphone portable après quelques secondes. Sa bouche était
sèche alors qu'un sentiment de terreur montait en elle.

"Tu penses toujours que tu es
être suivi."

"Non. Je suis sérieux. je
je jure… ce type me suit – un psychopathe aux cheveux blancs. Je… je pense avoir vu
lui avant. Ou du moins, ma mère a… »

"Nous connaissons tous ta mère
est un peu dingue parfois. Non
offense, j'aime ta mère, mais elle voit et parle à des personnes invisibles
depuis que nous avons cinq ans. Je pense que ça déteint sur toi.

"Écouter. j'étais avec mon
maman hier sur la rue Sainte Catherine, et elle a dit qu'on était suivis par
quelqu'un . Et si c'était pareil
gars? Peut-être qu'elle n'est pas aussi folle qu'on le pense. Kara se demandait s'il y avait un
peu de vérité dans les visions de sa mère. Elle aimait beaucoup sa mère et elle
se détestait parfois parce qu'elle pensait que sa mère appartenait à une poubelle de fous.

Mat rit. "Es-tu
sérieux? C'est déjà assez pénible que ta mère voie des esprits et des démons. Si tu commences
si vous croyez à tout cela, ils vous enfermeront.

« Merci pour le vote de
confiance. Rappelle-moi pourquoi tu es encore mon meilleur ami ? Kara a décidé d'abandonner
l'objet. Après tout, l'homme étrange avait disparu et sa peur à son égard était devenue
fondant à chaque pas, remplacé par de la nervosité et de l'agitation pour elle
présentation. Elle se concentra sur le panneau de la galerie pendant qu'elle courait. "D'accord… je peux te voir
maintenant."

Mat était appuyé contre
l'extérieur en brique de la galerie. Sa tête était tournée vers les portes vitrées. Il
retira sa cigarette de ses lèvres et souffla de la fumée dans le combiné de son téléphone. "JE
je pense que ça commence. Dépêche-toi!"

Kara sentit ses joues
brûler. Son cœur battait à tout rompre dans ses oreilles et étouffait les bruits autour d'elle. Elle a pris
une profonde inspiration, espérant que cela calmerait les palpitations de son estomac, et elle
sprinté sur le boulevard Saint-Laurent. Son téléphone portable lui a glissé des mains
et heurte le trottoir.

"Merde!" Kara s'accroupit
en bas pour attraper son téléphone. "Téléphone stupide-"

Un scintillement de mouvement
apparut au coin de son œil.

"ATTENTION!" Quelqu'un
a crié. Elle se leva et se retourna.

Un bus de ville s'est précipité
envers elle. Elle le regarda, transpercée. Le bus continuait à arriver.

Un bras tendu vers
son. Elle a vu une image d’une fraction de seconde de deux phares monstrueux.

Et puis ça a frappé.

Treize tonnes de froid
le métal lui a écrasé le corps. Elle n'a ressenti aucune douleur. Elle n'a rien ressenti à
tous.

Tout autour d'elle
est devenu noir.

Un instant plus tard, Kara était
debout dans un ascenseur.

Au début, des traînées de
la lumière blanche obscurcissait sa vision. Elle cligna des yeux et se frotta les yeux. L'ascenseur
était élégant… trois côtés semblaient être constitués de panneaux de cerisier fabriqués à la main
décoré d'écussons aux ailes dorées. L'odeur de la naphtaline persistait dans l'air,
comme le vieux placard poussiéreux de sa grand-mère. Lorsque sa vue s'est améliorée, elle a réalisé
qu'elle n'était pas seule.

Sur une chaise en bois face
le panneau de commande de l'ascenseur, recouvert de fourrure noire et portant une paire de vêtements verts
Un bermuda d'où dépassaient deux pieds calleux en forme de main, était assis un singe .

Il tourna sur son siège,
enroula ses pieds autour du dossier de la chaise, ouvrit son
bouche, et a dit d'une manière très professionnelle: "Bonjour, mademoiselle."

La mâchoire de Kara tomba, et
elle ravala l'envie de crier. Elle regarda la bête, la terreur grandissant
en elle. Les paroles de la créature résonnaient à ses oreilles, étrangères et impossibles.
L'ascenseur semblait tourner autour d'elle. Il n'y avait nulle part où fuir ; elle était
enfermé dans une boîte en bois.

Son visage sans poils
se plissa en un sourire qui ressemblait à une noix surdimensionnée. Son carré
la tête reposait directement sur des épaules puissantes. Il leva le menton et baissa les yeux
sur Kara. Ses yeux jaunes la hypnotisaient ; et même si elle a essayé, elle n'a pas pu
détourne le regard.

Une cascade d'émotions s'est écoulée
à travers elle : la peur, le dégoût et la colère. Confuse, elle n'arrivait pas à comprendre
tout ça. Le singe lui avait en effet parlé comme si c'était la chose la plus naturelle
dans le monde, et maintenant il la regardait comme si c'était elle qui n'était pas naturelle.

Les ongles de Kara s'enfoncèrent dans le
chair douce de ses paumes, et après une minute, elle fut capable de forcer quelques mots
hors de sa bouche.

"Je rêve. Oui,
c'est ça. Je fais un rêve étrange et époustouflant, celui d'un singe qui parle. Elle
secoua la tête et se frotta les tempes. "Et c'est définitivement le rêve le plus fou
J'en ai jamais eu. Sa gorge était sèche, comme si elle n'avait pas bu une gorgée d'eau depuis des semaines.
Elle essaya d'avaler, mais tout ce qu'elle put faire fut de contracter les muscles de sa gorge.

Le singe fronça les sourcils, un faible
Un grognement sortit de sa gorge. "Je ne suis pas un singe ,
Mademoiselle, je suis un chimpanzé. Vous, les mortels, êtes tous pareils. Singe-ci, singe-ça.
Aucun respect, toujours au-dessus de soi. Vous oubliez ce que vous êtes maintenant. Toi
ne sont pas aussi importants que vous le pensez.

C'est à ce moment-là que Kara réalisa
ses mains tremblaient et elle ne savait pas si c'était de peur ou de colère
à la façon dont le chimpanzé s'adressait à elle. Elle a serré ses doigts dans
poings et a gardé un visage impassible. «Je ne voulais pas vous offenser, M. Chimpanzé. je viens d'avoir
un rêve très étrange que je ne ferai probablement pas
je ne m'en souviens pas du tout quand je me réveille. Elle haussa les épaules. "C'est probablement un passé
expérience que j'ai vécue étant enfant au zoo et qui refait surface d'une manière ou d'une autre. Je me demande
ce que cela veut dire…"

Le chimpanzé regarda Kara du regard
avec un mélange de dédain et d'indignation. "Vous n'êtes certainement pas au zoo ou dans un autre animal sauvage.
parc. Et vous pouvez m'appeler Chimp
Numéro 5M51, s'il vous plaît. Il leva le menton d'une manière importante. "Vous serez
arriver momentanément à votre destination. Et sur ce, il tourna son
attention au panneau de commande.

Petit à petit, Kara a commencé à
se sent plus éveillée, comme si elle s'était réveillée d'un long et profond sommeil. Réalité
lentement, avec la peur que ce n'était peut-être pas un rêve. Elle se mordit la lèvre inférieure
se dit-elle de réfléchir .

« Euh, quelle destination ? Que dis-tu
à propos de? Où allons-nous?" » demanda-t-elle, les yeux fixés sur ce qui parlait
chimpanzé. La panique monta alors qu'elle essayait désespérément d'étouffer les cris.
sa tête, mais elle ne voulait pas partir. C'était
un rêve… n'est-ce pas ?

Le chimpanzé 5M51 a transformé son
tête et sourit, exposant des rangées de dents jaunes tordues. Ses yeux se sont fixés sur
la sienne. « À l'orientation, bien sûr. Premier niveau."

"Orientation?"

"Oui. Tous les mortels qui
ont réussi doivent passer par l'orientation. C'est là que tu vas. Chimpanzé 5M51
a serré ses pieds autour des bords de la chaise et a étendu une longueur anormalement longue.
bras en direction du panneau de commande de l'ascenseur. Il a montré les cuivres
boutons.

Kara se pencha pour un
meilleure vue. Le panneau disait :

1.
Orientation

2.
Opérations

3.
Divisions Miracles

4.
Salle des âmes

5.
département de la Défense

6.
Conseil des ministres

7.
Le chef

Un sentiment d'effroi lentement
monta en elle. Elle regardait le panneau, étourdie, les genoux faibles comme si elle l'était.
sur le point de s'effondrer. « Ça… ça n'a pas de sens. Je… je rêve. C'est un
rêve!"

Kara ferma les yeux et
la pressa contre le mur de l'ascenseur, tremblante. « Cela ne peut pas arriver. Ce n’est tout simplement pas possible .
Je dois me réveiller maintenant. Kara, tu dois te réveiller
en haut!"

"Vous êtes morte, mademoiselle."

Kara ouvrit les yeux. Le
le mot mort résonnait dans ses oreilles comme
une blague malsaine. Le poids de ses mots commença à la tirer vers le bas. Elle était
noyade. Elle luttait contre un sentiment de panique envahissant, comme un besoin de
air.

"Je ne suis pas mort!" elle
siffla et poussa un frisson de consternation. "Je suis là, espèce d'idiot babouin!"

Le chimpanzé était
indifférent. « Pensez à ce que vous devez », dit-il en levant le menton. "Mais pense
à propos de ça. Vous souvenez-vous des événements précédant cet ascenseur ?

Kara pataugea, essayant
désespérément de se souvenir. Des morceaux apparurent dans son cerveau : un blanc
lumière…métal…obscurité…

Le
bus.

Kara est tombée vers elle
genoux. Le bus de la ville l'avait percutée… lui avait pulvérisé le cœur et l'avait écrasée comme un
tomate. Mais ensuite elle se souvint de quelque chose d'autre, quelque chose qui ne faisait aucun effet.
sens. Cela lui revenait maintenant, comme un souvenir fané qui se transformait en un
image claire. Cela a clignoté devant ses yeux… elle a vu un bras se tendre et se toucher.
elle lors de l'accident de bus. Quelqu'un avait tenté de la sauver...

"Voir? Tu es mort," dit
» le chimpanzé d'un ton neutre, et Kara détecta une pointe d'amusement dans sa voix,
comme s'il aimait la regarder lutter dans la misère et la confusion.

Alors qu'elle se tirait
ensemble, elle pressa sa main contre le côté gauche de sa poitrine, elle ne pouvait pas
sentir un battement de coeur. Elle appuya sur sa cage thoracique. Rien. Elle l'a serrée dans ses bras
poignet. Pas de pouls. Pas de coups. Aucun mouvement du tout.

"Voir. Pas de coups. Non
cœur… comme je l'ai dit, tu es mort », déclara à nouveau le chimpanzé. Kara se sentit
vouloir le frapper.

Mais avant qu'elle puisse faire
sens de ce qui se passait, elle fut déséquilibrée lorsque l'ascenseur s'arrêta
brusquement.

"Premier niveau. Orientation!"
» annonça le chimpanzé.

"Attendez!" Kara a poussé
s'éloigna du mur de l'ascenseur et se dirigea vers le chimpanzé. "Je ne
comprendre. Qu'est-ce que l'orientation ? »

Avec son doigt toujours dessus
le bouton, il tourna la tête. "L'orientation est l'endroit où se trouvent tous les nouveaux AG
catégorisé. »

Kara regarda bêtement
yeux jaunes du chimpanzé 5M51. « Que sont les GA ? »

"Anges gardiens."

"Hein?"

Kara entendit le bruissement de
ouverture des portes. Un soupçon de sourire parvint aux lèvres du chimpanzé. Il a levé le bras
et posa sa main sur son dos. Puis elle s'est envolée par l'ascenseur.

Afficher tous les détails